Normes et directives

Nos produits répondent naturellement à l’ensemble des normes et standards applicables, et vont même au-delà : nous nous attachons en effet à relever toujours un peu plus le niveau d’exigence, pour répondre aux attentes bien légitimes de nos clients en matière de sécurité.

EN 374 – Protection contre les risques chimiques

La norme européenne EN 374 définit les exigences de performance applicables aux gants qui assurent une protection contre les produits chimiques et les micro-organismes.

Cette norme se divise en plusieurs parties :

  • EN 374-1 : Terminologie et performance requise
  • EN 374-2 : Détermination de la résistance à la pénétration
  • EN 374-3 : Détermination de la résistance à la perméation des produits chimiques

Les exigences minimales définies par la norme EN 374 concernant les gants de protection portent notamment sur les propriétés suivantes :

  • Dimensions
  • Sensibilité
  • Dextérité
  • Marquage
  • Stockage

La résistance à la pénétration correspond à la résistance à la pénétration de micro-organismes. La norme EN 374 prévoit de remplir les gants avec de l’eau pour vérifier leur étanchéité. Les résultats de ce contrôle permettent de classer les gants selon trois niveaux de performance, indiqués à côté du pictogramme. En ce qui concerne la protection contre les produits chimiques, le temps nécessaire à un produit chimique pour traverser le matériau du gant (perméation) est mesuré.

EN 388 – Gants de protection contre les risques mécaniques

La norme européenne EN 388 spécifie les exigences, méthodes d’essai et marquages applicables aux gants de protection contre les risques mécaniques lors de l’exécution de travaux. Ces méthodes d’essai peuvent également être appliquées aux protections pour les bras (ainsi qu’aux parties du vêtement de protection qui ne sont pas fixées aux gants ou au vêtement de protection).

De manière similaire aux résultats d’essai, les gants de protection sont classés en fonction d’un niveau de performance par rapport aux différents dangers mécaniques. Les différentes valeurs (de 0 à 5 ; 4 ou 5 correspondant aux meilleurs niveaux de protection) figurent à côté du pictogramme du gant.

La norme EN 388 définit les risques et contraintes mécaniques et/ou leurs méthodes d’essai définis comme suit :

  • Résistance à l’abrasion :
    Pour tester la résistance à l’abrasion d’un gant de protection, son matériau est soumis à un grand nombre de cycles d’abrasion au moyen d’un papier abrasif sous pression. Le nombre de cycles nécessaires pour perforer le matériau permet de déterminer la valeur de référence.
    (Niveau de performance maximal 4 = 8 000 cycles)
  • Résistance à la coupure :
    La norme EN 388:2016 a intégré la méthode de test de la norme ISO 13997 - le test dit TDM en plus du test traditionnel de la coupe. Ces deux méthodes de test sont expliquées en détail sur notre blog.
  • Résistance à la déchirure :
    Pour contrôler la résistance à la déchirure, le matériau du gant de protection est d’abord entaillé. La force nécessaire pour déchirer le matériau sert de valeur de référence.
    (Niveau de performance maximal 4 = 75 newtons).
  • Résistance à la perforation :
    Pour contrôler la résistance à la perforation, le gant est percé à l’aide d’un poinçon (cote fixe). La force appliquée à cette fin sert de valeur de référence.
    (Niveau de performance maximal 4 = 150 newtons).

EN 407 – Gants de protection contre les risques thermiques

La norme européenne EN 407 spécifie les exigences et méthodes d’essai spécifiques applicables aux gants de protection contre les risques thermiques. Les gants de protection certifiés selon cette norme peuvent, par exemple, assurer une protection contre la chaleur de contact, la chaleur rayonnante et les petites projections de métal en fusion.

Cette norme ne concerne toutefois pas les gants de protection thermique devant être portés dans des applications spécifiques, par exemple lors de travaux de soudage ou de la lutte contre l’incendie. Conformément à la norme EN 407, les gants de protection thermique doivent présenter les caractéristiques suivantes :

  • Faible niveau d’inflammabilité et/ou de propagation de flamme
  • Transmission thermique réduite (protection contre les chaleurs rayonnante, de convection et de contact)
  • Thermorésistance élevée

La norme EN 407 classe et contrôle les gants de protection selon les critères suivants :

  • Résistance à l’inflammabilité :
    Le gant est exposé à une flamme pendant 15 secondes. Ensuite le temps pendant lequel le matériau du gant cesse de brûler ou de se consumer est ensuite mesuré.
    (Niveau de performance maximal 4 = durée de postcombustion de 2 secondes ; durée d’incandescence résiduelle de 5 secondes)
  • Résistance à la chaleur de contact :
    Mesure de la température (100 à 500 °C) à laquelle le gant assure une protection pendant 15 secondes sans réchauffement de l’intérieur de plus de 10 °C.
    (Niveau de performance maximal 4 =+500 °C).
  • Résistance à la chaleur convective (chaleur pénétrante graduelle) :
    mesure du temps pendant lequel le gant peut retarder une augmentation de température à l’intérieur, par pénétration de la chaleur d’une flamme nue, de plus de 24 °C. 
    (Niveau de performance maximal 4)
  • Résistance à la chaleur rayonnante :
    Le gant de protection est exposé à un rayonnement thermique. Le temps pendant lequel une chaleur définie est atteinte à l’intérieur du gant est ensuite mesuré.
    (Niveau de performance maximal 4 = au moins 150 s)
  • Résistance à de petites projections de métal en fusion :
    Mesure du nombre de gouttes de métal en fusion nécessaires pour entraîner une augmentation de la température de 40 °C entre le matériau du gant et la peau.
    (Niveau de performance maximal 4 = plus de 35 gouttes)
  • Résistance à de grosses projections de métal en fusion :
    Mesure du poids (en grammes) de fer en fusion nécessaire pour détériorer une peau artificielle constituée de PVC (fixée à l’intérieur du gant).
    (Niveau de performance maximal 4 = 200 g) 

    En fonction des tests effectués selon la norme EN 407, le gant de protection est classé en fonction d’un niveau de performance en rapport avec les différents dangers thermiques (chiffres de 1 à 4, le niveau 4 étant la meilleure valeur). Un gant qui n’atteint pas le niveau de performance 3 dans le domaine de la résistance à l’inflammabilité ne doit pas être autorisé dans les situations impliquant un contact avec une flamme nue.

EN 511 – Protection contre le froid

La norme EN 511 définit les exigences minimales applicables aux gants de protection contre le froid. Les gants certifiés selon cette norme doivent assurer une protection aussi bien contre le froid de convection (pénétrant) que contre le froid de contact (direct).

Comme pour la protection contre les risques mécaniques et thermiques, les gants sont classés selon différents niveaux de performance. Ces niveaux de performance, qui vont de 1 à 4, sont indiqués à côté du pictogramme ; le niveau de performance 4 correspond au niveau de performance maximal.

Détermination des niveaux de performance des gants de protection contre le froid :

  • Froid de convection :
    Mesure de la quantité d’énergie nécessaire au maintien de la température d’un modèle de main chauffé (de 30 à 35 °C) muni d’un gant par rapport à une température ambiante constante. (Calcul des propriétés d’isolation thermique sur la base de la température du modèle de main, de la température ambiante et de l’énergie nécessaire pour maintenir la température.)
  • Froid de contact (essai conforme à la norme ISO 5085) :
    Détermination de la résistance thermique du gant de protection par une plaque froide et une plaque chaude. Le matériau du gant est posé comme isolant entre les deux plaques ; la modification de la chute de température sert de valeur de mesure (comparaison avec la norme de référence).

Il est également possible de mesurer la pénétration par l’eau d’un gant selon la norme EN ISO 15383. Si l’eau n’a pas pénétré dans le gant de protection au bout de 30 minutes, ce test est considéré comme réussi (aucun niveau de performance spécifique défini).

EN 16350:2014 – Gants de protection, propriétés électrostatiques

 

La norme EN 16350:2014 a permis pour la première fois d’établir une norme européenne définissant les conditions d’essai et les exigences minimales en matière de propriétés électrostatiques applicables aux gants de protection destinés à être utilisés dans des environnements présentant des risques d’incendie et d’explosion :

  • La résistance de contact doit être inférieure à 1,0 × 108 ohms (Rv< 1,0 × 108 Ω).
  • Atmosphère de contrôle : température de l’air de 23 ± 1 °C, humidité relative de l’air de 25 ± 5 %.

Important ! Les gants de protection contre l’électricité statique ne sont efficaces que si leur porteur est relié à la terre par une résistance inférieure à 108 ohms.

Nos produits sont testés selon les exigences de la norme DIN EN 16350:2014 et conviennent donc à la fois pour la protection du produit et celle du travail.

À quels éléments l’utilisateur doit-il prêter attention ?
L’ancienne classification (norme EN 1149-1:2006) n’est plus valable. La résistance de surface mesurée par cette norme indiquait uniquement le transfert de charge vers la surface du matériau, ce qui ne suffit pas à assurer une protection efficace.

Pour quelles applications des gants certifiés selon la norme EN 16350:2014 conviennent-ils ?
Les gants certifiés selon la norme EN 16350:2014 peuvent être utilisés dans des environnements présentant des risques d’incendie et d’explosion (par exemple, dans des raffineries) et constituent un maillon essentiel de la chaîne de mise à la terre (gants–vêtements de protection–chaussures–sol). Concernant les propriétés électrostatiques, la décharge électrostatique (ou "ESD") est souvent prise en compte dans le domaine de la protection des produits. Des gants de protection certifiés selon la norme EN 16350:2014 peuvent être utilisés dans toutes les applications de protection des produits ESD. 

 

 

Partager Imprimer
uvex
SAFETY